Une autre pratique sur Ahimsa

J’ai déjà parlé d’Ahimsa sur le blog, vous pouvez retrouver le premier article ici.

Comme nous l’avions découvert, Ahimsa signifie en sanskrit, non-violence. Ce qui veut dire bienveillance, compassion, amour et respect pour toute forme de vie.

Ahimsa est au centre de ma pratique au sens large du terme. Elle dépasse les frontières de mon tapis.

Il y a peu lors d’une lecture dans le Yoga Rahasya, un journal de yoga Iyengar édité en Inde, un article d’Ingela Abott m’a interpellé. Elle expliquait que nous pourrions pratiquer Ahimsa à partir de notre sens de l’ouie.

Je trouvais son approche très intéressante et j’avais envie de développer ici:

Nous avons deux outils très puissants dans notre tête. Premièrement, notre lobe frontal est notre cerveau analytique et il nous aide à fonctionner dans ce monde en planifiant, prenant des décisions. Et nous possédons aussi un mental qui interagit constamment avec notre cerveau analytique pour toutes les activités quotidiennes. Le point positif, c’est que ces deux outils puissants nous permettent de construire des choses extraordinaires, des maisons, des avions, nous aident à trouver des solutions pour nous nourrir, nous aider à anticiper et à mettre en place des stratégies qui vont nous permettre d’avancer.

Malheureusement, cette analyse continuelle du quotidien nous amène à la critique et au jugement. Parfois même vers une certaine violence envers soi et les autres.

A l’opposé, lorsque nous portons toute notre attention sur l’ouie. C’est-à-dire, une écoute entière et authentique, notre lobe frontal se calme.

Car en effet, il est impossible d’écouter complètement et d’analyser en même temps l’environnement qui nous entoure.

Quand nous écoutons complètement, nous sommes immergés dans ce qui est et le mental est au repos.

Guruji disait: « Les oreilles sont les canaux de l’âme« . On peut être uni par une écoute profonde et attentive avec notre âme, mais aussi celles des autres. Dans l’écoute, on peut expérimenter ici et maintenant.

Etre vraiment à l’écoute, permet de vraiment expérimenter Ahimsa. Notre coeur s’ouvre avec compassion et compréhension. Une compréhension authentique envers les autres, mais aussi envers soi-même.

Il est aussi important de pratiquer la non violence lors de la pratique des asanas. Alors, comment pratiquer Ahimsa dans notre pratique de yoga?

1. Grâce à l’alignement des postures, on amène l’harmonie et on permet à notre corps de se construire et se fortifier sans se faire de mal. Ce qui nous aidera pour d’autres activités physiques. Par ce biais, notre concentration aussi s’améliore.
2. Par l’action des postures, la colonne vertébrale se développe et devient plus stable et plus flexible. Les mouvements des postures permettent de créer de l’espace pour une meilleure circulation et respiration.
3. Par les respirations; chaque cellule de notre organisme a besoin d’air pour vivre. Le travail de la respiration permet de nourrir notre corps dans chaque posture. Créer un rythme harmonieux entre l’inspir et l’expir amène l’oxygène et relâche les déchets. En nous invitant à lâcher prise.

Pratiquer Ahimsa, c’est avant tout pratiquer l’amour, le respect pour soi-même afin de rayonner et par ce rayonnement inviter l’autre à nous suivre sur ce chemin. Ecouter et s’écouter permet de calmer le mental et envisager l’amour bienveillant et la non violence dans son quotidien.

Essayez ! En toute conscience !

Merci de partager votre ressenti !

source: Yoga Rahasya, Vol 4. 2017

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Recherches utilisées pour trouver cet articlecomment pratiquer l\ahimsha

Comments

comments

Laisser un commentaire