"David" de Michel-Ange

Comment se reconnecter a son corps avec la pratique du yoga ?

Nous sommes certainement l’espèce qui passe plus de temps à être dans sa tête que dans son corps. Certains êtres humains d’ailleurs pensent que leur corps est juste là pour le permettre de déplacer leur cerveau d’un endroit à un autre. Ils en oublient même qu’ils ont des pieds. Si cela vous arrive de temps en temps, lisez ces paragraphes, ils vous permettront de vous reconnecter à toutes les parties de vous-mêmes.

L’origine de la conscience de soi

La conscience de soi serait une expérience perceptive du corps qui entre en interaction avec le monde extérieur. Le bébé de deux ans qui se reconnait dans le miroir est donc la somme d’un travail d’interactivité mis en place depuis sa naissance.

Dans le développement de la conscience de soi, on parle aussi de « soi écologique » qui s’explique par une reconnaissance du corps comme une entité différente et actrice dans l’environnement. Elle se développe par une expérience multi-sensorielle. Vers 18 mois se développe la coconscience. A ce moment, le regard de l’autre approprié et « intégré au sien » citation voir lien.

De la respiration à la conscience

Du premier au dernier souffle, nous vivons dans le va-et vient permanent de l’inspir et l’expir. Un cadeau à l’inspiration, un don à l’expiration. Ce rythme en deux temps est notre lien avec le monde extérieur qui entre à l’intérieur. La respiration est le fil qui nous tient à la vie. Elle peut-être transformée, arrêtée, dirigée. Elle peut nous aider à ralentir notre rythme cardiaque. Grâce à la modification du souffle, on peut modifier nos pensées et notre état de conscience. Dans la pratique du yoga, on parle de pranayama. Celui-ci est « simplement » le contrôle du souffle. Contrôle de l’énergie vitale. Il purifie les nadis, nourrit le corps en oxygène et nous apporte de la paix. Alors, quelle est son lien avec la conscience du corps ? Que se passe-t-il exactement ? Thich Nhat Hanh dans son livre “La respiration essentielle” nous dit : « La respiration est une composante du corps et que la conscience de la respiration est aussi une composante du corps ». Il dit aussi « la respiration est reliée au corps dans son entier, l’esprit, la respiration et le corps sont un ».

Du mouvement à la conscience

En général, on commence la pratique du yoga pour un bien-être physique. Certains le comparent même à un sport où on s’étire. Les débuts de la pratique peuvent y ressembler pourtant comparé à d’autres disciplines, l’intelligence est primordiale. On bouge le corps dans un mouvement « observable » ou « observé », cela demande beaucoup d’attention. Et l’attention est inestimable dans la progression de la conscience de soi. C’est dans cette attention que se développe la conscience du corps. Une concentration sans limite pour une découverte de soi qui n’a pas de fin. Une possibilité d’aller du corps vers l’âme. Avec volonté, on dépasse les limites du connu pour se diriger vers l’inconnu. Des secrets du corps vers ceux cachés dans les méandres de notre mental. On dépasse les barrières pour découvrir qu’on arrive à être souple aussi bien physiquement que mentalement.

De la douleur à la conscience

Dans cette réalité qu’est la vie, nous expérimentons la douleur. A une échelle plus ou moins intense, plus ou moins différente. C’est une évidence, la souffrance fait partie du quotidien de beaucoup d’entre nous. Certains arrivent à l’endurer avec dignité et d’autres ont plus de difficulté. Parmi nous, il y a des personnes qui souffrent intensément dans leur quotidien de divers maux. Somatique, psychiques ou corporelles, ces afflictions les enchaînent et les empêchent de trouver le bonheur. Si la pratique du yoga a une vertu thérapeutique, elle ne peut pas tout guérir. Néanmoins, si elle ne peut pas tout guérir, elle peut améliorer la vie de certains. Parfois, par la pratique, certains arrivent à transcender leur douleur. A l’accepter et à être dans leur corps pleinement. Car grâce au yoga, ils trouveront la force mentale et développeront une attitude positive face aux challenges de la vie. C’est le début d’une prise de conscience des plus importantes.

Geeta Iyengar dit « L’art du yoga est unique en son genre. Il a tout à donner en fonction des besoins de chacun ». Il n’y a rien de plus vrai. Dans le yoga, on trouve toujours ce dont on a besoin. Quel que soit l’endroit où on commence. Quel que soit l’endroit où on désire aller. C’est la meilleure chose que l’on puisse mettre de son côté.

 

Ecrit par Letizia

Credit photo: David (Sugar)

Sources:

Yoga le joyau de la femme, Geeta Iyengar, Editions Buchet-Castel

Prévention par la conscience corporelle

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Comments

comments

Un commentaire

Laisser un commentaire